La Prairie ASBL – ferme d'animation

Plugstreet Experience 14-18, visite du Centre d’Interprétation

DSC_0060

Le départ de Mouscron était prévu à 13h30, nous sommes partis un quart d’heure plus tard. 9 jeunes de 10 à 17ans, l’animateur organisateur Florian, un Papa d’adoption Vincent et une Mamie de 61ans (merci Corinne).  6 partirent en camionnette avec Florian, Mamie prit 3 jeunes filles dans sa voiture.  Dès notre arrivée, Florian nous a conduits au mémorial.  Certains avaient déjà bien étudié la stratégie et les enjeux de la 1ère guerre mondiale.

Photos à l’appui, notre guide maison donnait des explications complémentaires et sortait de sa besace des objets insolites retrouvés dans le sol.  Une baïonnette, des bouts d’obus, une pince à barbelés, un briquet passèrent de mains en mains.

En face, des tombes identiques étaient alignées.  Nous avons retrouvé la stèle du plus jeune soldat (16ans).  Ces sépultures nous indiquent le nom, l’âge, la section représentée par le blason, le grade et une maxime laissée par la famille.

Comme le temps passe vite !  Déjà 15h15 : il est temps de rentrer dans le musée.  Une pyramide de verre, inaugurée en début de mois recèlent de nombreuses informations avec des moyens ultramodernes.  Nous visionnons d’abord un film qui résume parfaitement les événements entre 1914-1918.  Les jeunes s’approprient ensuite les écrans tactiles.  En plus des images en mouvement, de nombreuses photos illustrent la vie des habitants pendant cette terrible période.  Certains jeunes nous interpellent pour obtenir des renseignements ou des explications.  Vers 16h, nous décidons d’aller dans le bois pour nous mettre dans la peau des soldats.  De la terre argileuse colle à nos bottes.  Le terrain est détrempé.  Arrivés en haut, nous avons une vue panoramique du site. Devant nous, Messines qui a subi 3 assauts ; à l’Est, le mont Kemmel ; à l’Ouest, Warneton.  Nous circulons dans la boue à la recherche de morceaux de silex.  Des chutes, le froid nous mettent dans l’ambiance.  Nous arrivons devant les ruines d’un château qui a servi de poste d’observation anglais pendant la guerre.  Il est 17h : le temps de rejoindre la route et nous embarquons dans les véhicules, les chaussures nettoyées grossièrement de la terre argileuse.  Jeunes et vieux sont ravis de cette expédition commémorative.  A quand la prochaine ?

 

Ce qui m’a interpellé :

  • les nombreux tanks terrestres mis à disposition et l’armée de l’air déjà bien développée : j’avais dans la tête une guerre de tranchées avec des armes à feu, des obus
  • le gaz déjà utilisé à cette époque
  • les nombreuses mutilations des bras et des jambes des rescapés et la nécessité de leur procurer des prothèses pour qu’ils puissent être utiles (bras avec crochet pour taper à la machine)
  • le rôle des médias : surtout les nombreuses photos prises et vendues à la population
  • les rapports avec les allemands : les enfants étaient bien traités par l’occupant qui leur permettait même de s’amuser avec leur casque
  • les allemands étaient enterrés dignement : dans les cimetières, un peu à l’écart, des tombes droites gravées au nom des personnes décédées
  • le travail des femmes réquisitionnées dans les usines pour la fabrication des chars
  • les jeunes qui s’impliquent dans la conservation des sites et donnent de leur temps pour nettoyer les tombes et refaire les gravures
  • le nombre de cimetières existants dans la région de Ploegsteert
  • l’organisation sur place : les anglais avaient donné au site des noms de chez eux pour se repérer dans les bois, ainsi le nom du musée « Plugstreet- expérience 14-18 »
  • le nombre de fois que les gens ont été obligés d’arranger leur toiture et leur fenêtres soufflées par les impacts des obus

 

Christine

 

[fpphotos id=655189591169353]

Back to Top